Bonjour tout le monde!, Je sais que vous attendez des photos mais il faut se rendre à l’évidence: le wifi n’est pas arrivé jusque dans tous les…

Bonjour tout le monde!
Je sais que vous attendez des photos mais il faut se rendre à l’évidence: le wifi n’est pas arrivé jusque dans tous les recoins de la brousse africaine… et ça ne va pas s’améliorer dans les prochains jours en Zambie. Les animaux s’en plaignent d’ailleurs, cet éléphant est venu m’en toucher un mot. Donc voilà, encore un peu de patience, et pourtant ce ne sont pas les photos et vidéos qui manquent: lions, léopards, lycaons, guépards, rhinos… il y en aura pour tous les goûts… dès que possible! Stay tuned.

christophe, chasseur de sons, à bord du nautilus

christophe, chasseur de sons, à bord du nautilus…
(lundi 09 avril 2018, 02 h 40)
—–
cher christophe,
je veux vous remercier personnellement de votre accueil, dimanche soir, à bord du nautilus. votre studio de chasseur de sons dans la nuit. vous habitez au coeur de cet espace musical dont vous réinventez, chaque soir, la formule magique. c’était doublement émouvant pour moi d’être là. comme admirateur, depuis tant d’années de vos chansons de dandy de grand chemin – et comme père d’Augustin qui apprend tant de sa vocation de musicien en ayant la chance de travailler avec un artiste de votre envergure.
c’était passionnant d’assister, pendant quelques heures, à vos exercices de chaman. avec ce perfectionnisme intranquille des grands seigneurs. et puis je n’oublierai pas votre façon, soudain, d’aller peler une pomme à la cuisine en m’offrant ce bas-armaganc distillé à vic-fezensac. ni l’édition originale de « nadja », ni les poèmes de « connaissance du soir » à côté de la photo d’alain bashung.
j’ai eu le sentiment d’approcher (un peu) l’autre côté de votre mystère. comme une effraction dans votre atelier intime. tout cela n’a pas de prix. comme cette bienveillante affection que vous avez pour mon fils. je vous souhaite de faire couler encore bien des nappes de musique inouïe pour cet album de duo. et les suivants. et je me souhaite d’avoir la chance de recroiser encore votre route avec vue sur les vestiges du chaos…
je vous embrasse,
votre amyves

Les Africains sont redevables à plus d’un titre à l’Occident pour autant qu’il leur a fait le plus grand nombre de cadeaux tels que l’alcoolisme…

Les Africains sont redevables à plus d’un titre à l’Occident pour autant qu’il leur a fait le plus grand nombre de cadeaux tels que l’alcoolisme et la drogue, les dieux et les anges et toutes les multiples fêtes dont l’énumération paraît fastidieuse. Au moment où nous nous activons à célébrer avec faste la Saint Valentin le 14 février prochain, je voudrais inviter les confrères Africains en général et nos concitoyens Camerounais en particulier, de fêter l’édition de cette année de grâce en réservant une place d’honneur au démon SIDA et à ses acolytes sur la table des festivités, sinon ils se vengeront d’effacer le continent africain sur la carte du monde. Dr. Mick

« Le colonel Beltrame est mort parce que la France, ce sont des idées, des valeurs, quelque chose d’une guerre qui le dépasse

« Le colonel Beltrame est mort parce que la France, ce sont des idées, des valeurs, quelque chose d’une guerre qui le dépasse. Les gens qui pensent que la France, c’est une espèce de syndic de copropriété où il faudrait défendre un modèle social (…) » et où l’« on invoque la tragédie dès qu’il faut réformer ceci ou cela, et qui pensent que le summum de la lutte c’est les 50 euros d’APL, ces gens-là ne savent pas ce que c’est que l’histoire de notre pays ».
Emmanuel Macron qui connaît si bien l’histoire de notre pays devrait se méfier. Tout le monde ne la voit pas du même œil et quelques-uns ont perdu la tête de trop bien la connaître.

Je regardais tout à l’heure des images de Mai-68, ça se fait ces jours-ci

Je regardais tout à l’heure des images de Mai-68, ça se fait ces jours-ci. C’est drôle de voir les CRS de l’époque, avec leurs impers d’hirondelles et leurs boucliers qui ressemblent à des couvercles de poubelle. Ils portent des lunettes de soudeur et même la cravate. On voyait encore leurs visages, leurs bacchantes de beauf, tout ça restait humain. CRS = SS, peut-être, mais franchement, tout beaux en Hugo Boss, les SS avaient quand même plus d’allure. Je me demande si les flics de Pompidou-Fouchet-Marcellin reconnaîtraient ceux d’aujourd’hui, les troupes d’élite de Macron-Collomb, s’ils ne prendraient pas peur, les voyant carapaçonnés comme de gros hannetons… et ne s’écrieraient pas : CRS = stormtroopers !

BOUGIE – Un an après son accession à l’Élysée, Emmanuel Macron répète à l’envi une pose monarchique face au miroir des médias et de…

BOUGIE – Un an après son accession à l’Élysée, Emmanuel Macron répète à l’envi une pose monarchique face au miroir des médias et de l’opinion publique, toujours sensibles, en bons Français, aux tableaux en majesté. Éternelle comédie du pouvoir. Notre président, pour mener à bien son infernal train de réformes, a sans doute besoin de compenser sa jeunesse – personnelle et celle de son mandat – par un maintien qui en impose, comme jadis un Mitterrand « marmoréen » (c’est ainsi qu’on le décrivait) devait soutenir la comparaison avec quelque illustre prédécesseur. François III, après le Grand Charles, posa en dernier des Capétiens, et les Français, tout en se poussant du coude, lui firent la grâce d’être bon public. Emmanuel Ier, qui chasse à Chambord et bouleverse le Code, aimerait sans doute qu’on l’acclame en une sorte de Premier consul.
Quel président de la Ve République n’a pas recherché l’Image, la sienne, l’Unique, qui serve à sa politique comme à sa postérité ? Hélas la cour de notre jeune dieu manque d’un Philippe de Champaigne pour le servir avec talent. Espérons pour lui qu’il n’achève pas son règne « jupitérien » dans un éclat de rire général. Karl Marx, c’est le moment ou jamais d’en parler, remarquait avec malice que si les grands événements et les personnages historiques « se répètent pour ainsi dire deux fois », c’était « la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce ». Il le disait comme chacun sait pour ridiculiser Napoléon III*. Rapide comme il est, en jeune homme pressé, Emmanuel Macron serait bien capable de nous offrir les deux à lui seul.
*Introduction du « 18 Brumaire de Louis Bonaparte » (1852).

Au fait, que devient Jean-Marc Ayrault ? Vous savez, un grand blond avec une mèche

Au fait, que devient Jean-Marc Ayrault ? Vous savez, un grand blond avec une mèche… Mais si, rappelez-vous, il était encore maire de Nantes il n’y a pas six ans…
Eh bien Place publique nous raconte sa « vie d’après », sous la plume alerte de Louise Dalibert. Après 2017 et le nouveau monde. Un retraité qui prend souvent l’avion (à défaut de bâtir des aéroports)…
À propos de projet d’aéroport enterré, ce numéro se demande « Comment faire encore projet » sans susciter aussi sec des ZAD à tout bout de champ, dans un dossier qui tire quelques leçons de l’échec de NDDL.
On y trouvera aussi, entre autres, le récit de « notre » Mai-68, lancé à Nantes comme chacun sait. Nantes, ville révolutionnaire qui conserve toutefois, comme nous le rappelle Nicolas de La Casinière, plusieurs rues aux noms de braves négriers (JMA, tout frais président d’une fondation contre l’esclavage, les débaptisera peut-être, à présent qu’il n’est plus maire)…
Place publique #66, 145 p., 12€ dans tous les bons kiosques.

Sous le titre « Nous sommes tous des juifs français », belle et intéressante tribune d’Olivier Rolin, ce matin dans Le Monde (en date de…

Sous le titre « Nous sommes tous des juifs français », belle et intéressante tribune d’Olivier Rolin, ce matin dans Le Monde (en date de vendredi). Selon l’écrivain, parler du « retour de l’antisémitisme », c’est dissimuler la nouveauté de cet « islamo-fascisme » qui s’en prend aux juifs et contre lequel trente imams se sont justement mobilisés. À lire intégralement.

monsieur le président le plus mal élu de la cinquième, (et avec ma voix, en plus, c’est vous dire la farce en marche),, parmi les choses assez…

monsieur le président le plus mal élu de la cinquième
(et avec ma voix, en plus, c’est vous dire la farce en marche),
parmi les choses assez minables que vous faites, vous & vos sbires de la concurrence partout et de l’argent par là, il y en a une plus dégueulasse que les autres, en plus d’être scandaleusement grotesque, c’est d’avoir tenter de faire cracher par l’opinion tout le mépris que vous avez pour ces « privilégié-e-s » de cheminot-e-s qui ont fait, depuis plus d’un siècle, le maillage de tous les pays qui font le territoire de notre république française.
et cette saloperie comme en plus j’espère, au second jour d’une grève qui va vraiment compliquer ma vie professionnelle & privée, j’espère, dis-je, que vous allez la payer chère. mais très chère.
signé : un ancien boursier de l’école républicaine qui doit tout, mais tout, à ce que vous êtes de dé-faire…
ps : ma voix dans cet impossible second tour… puisque, au premier, j’avais voté pour Jean-Luc Mélenchon…

C’est aujourd’hui, 23 mars, jour du premier anniversaire de sa disparition, que paraît aux Éditions Le bateau ivre :, POURQUOI DOUBROVSKY ?…

C’est aujourd’hui, 23 mars, jour du premier anniversaire de sa disparition, que paraît aux Éditions Le bateau ivre :
POURQUOI DOUBROVSKY ? (collectif)
Pensées, anecdotes, emprises, rassemblées pour les 90 ans de Serge Doubrovsky, le 22 mai 2018
Sous la direction d’Isabelle Grell
« Mais peut-être qu’elle est là, la force d’un écrivain comme Doubro. Tout le monde sait qu’on le retrouvera toujours dans ses livres, lui, la vie, la vraie, dans toutes ces turbulences, ces constances, ses lesures et gourmandises, l’anxiété et la survie…. Et qu’on n’a pas besoin de se souvenir de lui, puisqu’il est là.
Serge est là, captivant, il vous prend dans ses filets cousus de mots qui vous permettent de surfer sur son rythme phrastique, qui vous arrêtent subitement, tête sous l’eau ou dans les airs, cette musique, cette vague qui vous recrache ou vous repêche, et on continue… »
Isabelle Grell-Borgomano 9791092622409, Collection Amarante, 216 pages, 20 €, distribution Sodis.
(Anne Gorouben, 2017. S. D., centaure)