#EtrangeEurope, Cocasse, c’est l’insulaire et maritime Royaume-Uni qui largue les amarres, et c’est le capitaine (luxembourgeois, à part peut-être…

#EtrangeEurope
Cocasse, c’est l’insulaire et maritime Royaume-Uni qui largue les amarres, et c’est le capitaine (luxembourgeois, à part peut-être le prince du Lichtenstein, y’a pas plus irréductiblement terrien canal parking à Porsche Cayenne en Europe) de l’Europe continentale qui fait un discours de l’Union (sic, ou pas) en métaphores marines (son agence de com’ a dû sous-traiter le discours à une vieille plume de Christine Lagarde de son temps du « Navire Amiral » à Bercy), préconisant de hisser les voiles pour profiter du vent …

#CircensesetMergiturNecPanem, Les JO de Paris seront-ils un chant du cygne, de ruine, ou de nouveau départ ?, Rappels :, – on a accepté, en 1973,…

#CircensesetMergiturNecPanem
Les JO de Paris seront-ils un chant du cygne, de ruine, ou de nouveau départ ?
Rappels :
- on a accepté, en 1973, puis en 1979, de transférer une partie des revenus du travail passé, présent et futur des pays civilisés (et du Tiers Monde) vers les moyenâgeux propriétaires de champs pétroliers, leurs politiciens et autres prédateurs, et leurs secrets banquiers suisses ou d’ailleurs …
- on a dans les années 80 décidé de bousiller l’économie productive et de pousser les riches et les entrepreneurs à l’exil au moins fiscal …
- on a depuis plusieurs décennies voté avec nos cartes de crédit pour le transfert massif de richesses (plus ou moins honnêtement) héritées ou (plus ou moins honnêtement) méritées vers les pays producteurs de saletés et gadgets pas durables ni indispensables moins chères (ou plus désirables par les dépensiers à crédit et/ou avec l’argent des autres) qu’en France …
- on a biberonné les Bull, Lyonnais, et prédateurs du FrenchTech, entre autres vampires pour compte de tiers, pendant que les autres réussissaient les GAFA, le plein emploi et l’industrie 4.0 …
- et les gouvernants successifs n’ont pas eu/acheté à des consultants de meilleure idée que de couler du béton (et le navire) pour faire et refaire des ronds-points inutiles, remplacer des hôtels par des cages à poules aux normes (alors que les vrais cages à vraies poules ne sont toujours pas aux normes et que les éleveurs de vaches laitières sont passés ad patres ou chez Pôle Emploi, cf infra), ou faire pousser du bâtiment public aussi surfacturé que surnuméraire, et vice-versa …
- enfin même l’agriculture et l’agro-alimentaire ont scié et/ou vendu la branche sur laquelle la prospérité durable de la France était solidement assise depuis des siècles …
Comment le pays pourrait-il ne pas être ruiné et sa population en cours de sous-développement ?
Et avec 100% de dette et plusieurs % de déficit pas géré, attendez que les taux d’intérêt ne soient plus à zéro …

#OnSenFoutMaisCeNestPasTotalementAnecdotique, Tout le monde se fiche des élections sénatoriales du weekend prochain

#OnSenFoutMaisCeNestPasTotalementAnecdotique
Tout le monde se fiche des élections sénatoriales du weekend prochain … et tout le monde a raison, puisque ces élections censitaires (vote réservé aux « grands électeurs ») aux résultats courus d’avance (parachutage et copinage sont les mamelles des sénatoriales, avec encore moins d’incertitude que pour les Européennes également soumises au scrutin sur liste au trébuchet) ne servent qu’à remplir le gerontorium du palais du Luxembourg. Le seul « papier » un peu intéressant sur le sujet est à lire dans Challenges, une fois n’est pas coutume, amoureux transi déçu du macronisme, qui dénonce entre les lignes les petits et grands arrangements entre LREM et PS, et incite à aller jeter un oeil sur les candidatures pour savoir quels apparatchiks de partis et barbons provinciaux joueront les (coûteuses, très coûteuses) potiches symboliques face à l’Assemblée macroniste.

« Ce qui décide du moment où l’animal va être tué, ce sont uniquement des facteurs liés à son statut de machine de production, et évidemment…

« Ce qui décide du moment où l’animal va être tué, ce sont uniquement des facteurs liés à son statut de machine de production, et évidemment pas d’être sensible. Si c’est une machine à produire de la viande, c’est lorsque que la quantité et qualité optimale de viande a été produite. Lorsque c’est une machine à produire des œufs ou du lait, c’est lorsque ses performances de production commence à décliner, que le nombre d’œufs ou de litre de laits produits commence à diminuer, et qu’il est alors économiquement plus rentable de mettre la machine à la casse et de la remplacer par une moins usée et donc plus productive.
Notons un point au sujet de la mort des animaux que nous utilisons. Nous avons vu qu’une des principales façons de réduire l’animal, c’est de le considérer uniquement par rapport à l’utilité qu’il a pour nous. Une conséquence de cette vision, c’est de penser que l’animal n’a pas d’autre valeur que celle que lui attribue l’utilisation qu’on fait de lui. Mais aucune valeur en tant qu’individu. Si l’animal n’a plus d’utilité pour l’homme, alors il n’a plus de valeur ; on peut alors le tuer.
Dans le cas où l’ utilité qu’il a pour nous c’est d’être une machine à produire, à produire de la viande par exemple, une conséquence de cette vision réduite de l’animal, c’est que le fait de le tuer, ce n’est plus vraiment le tuer, c’est simplement une étape normale, nécessaire, programmée, du processus de production dans lequel nous l’avons enrôlé. Il va de soi que dans ce mode de pensée, puisque la raison d’être de l’animal est, par exemple, de produire de la viande, lorsque la viande est produite, il faut bien la prendre, comme on récolte du blé ou cueille un fruit. Dans cette vision, le laisser vivre sa vie alors que sa viande est prêt à être mangée, ce serait aussi absurde que de laisser un fruit mûr sur un arbre sans le cueillir. Considérant que sa raison d’être est de produire de la viande, on en vient presque à penser qu’il est comme destiné à être tué pour que l’on puisse prendre cette viande. Du coup, cela aide aussi à déculpabiliser tout le monde (éleveur, conducteur de bétaillère, employé d’abattoir, etc.) face au fait de tuer l’animal. C’est presque comme si personne ne prenait vraiment la décision de le tuer ; c’est presque l’animal qui, comme un fruit qui devient mûr, nous indique qu’il est temps de le cueillir. »
antoine.comiti.

Le point de France Inter sur les enchères de cornes de rhinocéros controversées en Afrique du Sud avec mon intervention exposant la position de…

Le point de France Inter sur les enchères de cornes de rhinocéros controversées en Afrique du Sud avec mon intervention exposant la position de Save the Rhino International.
A écouter aussi en plus court dans le journal de 8h de Corinne Audouin sur France Inter ce matin pendant le 7/9 de Nicolas Demorand (allez directement à 70’50 » pour le sujet sur les rhinocéros: https://www.franceinter.fr/emiss…/le-7-9/le-7-9-23-aout-2017).
WWF-France, International Fund for Animal Welfare – IFAW, Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l’homme, Pascal Canfin